Skip to main content
Alexandre, un beta-testeur a rejoint l'aventure Qivivo

Alexandre, beta-testeur depuis décembre 2012

Depuis le mois de décembre 2012, plus de 70 personnes testent la Qibox sur toute la France. Quelques mois ont passé et l’heure est venu de faire un premier retour. Alexandre Zimmermann, béta-testeur depuis décembre 2012 répond à quelques questions.

Depuis quand testez-vous la Qibox ?

Depuis le début, c’est-à-dire depuis décembre 2012.

Comment s’est passée l’installation ?

Bien. La connexion wifi s’est bien passée, du premier coup, en une quinzaine de minutes c’était fait. Vis-à-vis de l’interface, je l’ai trouvé très simple, lisible et conviviale. Je ne suis pas un geek alors, forcément, j’apprécie les choses limpides, car je considère justement que ces applications doivent me simplifier la vie.

À quel moment consultez-vous le site Qivivo ?

Une fois tous les dix jours à peu près. D’ailleurs, j’ai vu qu’il y avait des évolutions régulièrement. Ça m’intéresse parce que je suis thermicien de formation, j’avais déjà mon programme et mon tableur Excel.

Par rapport à votre programme « fait maison », est-ce-que Qivivo vous simplifie la vie ?

Ce que j’attends moi, en tant qu’utilisateur averti, c’est de voir si la box peut me faire faire encore plus d’économie par rapport à ce que j’avais fait moi-même. Si la Qibox me fait gagner ne serait-ce que 10 % de plus, là je dirai chapeau.

Quand je n’étais pas chez moi, je mettais à 17°. L’interface Qivivo me conseillait de mettre à 16°. C’était vraiment opportun car, quand il a fait froid ces dernières semaines, j’aurai perdu de l’argent.

Les tranches vertes m’ont permis de voir quand je pouvais faire des économies. C’est très pratique pour quelqu’un qui ne s’y connaît pas et c’est là toute la pertinence de Qivivo. Et j’ai constaté avec plaisir que j’avais assez peu de tranche verte et que donc je gère plutôt bien ma consommation.

Qu’est-ce-qu’il faudrait améliorer sur votre thermostat actuel ?

Tout ! Il y a trop de boutons. Normalement, un bouton permet un accès direct aux fonctions, alors que là c’est l’inverse : il faut appuyer plusieurs fois pour faire la programmation d’une journée. Programmer la semaine entière ça me prend à chaque fois 10 min, la manipulation n’est clairement pas assez rapide ! Et sur mon thermostat je dois aussi programmer heure par heure…

Quand vous parlez de Qivivo à vos amis, comment vous résumez le concept ?

J’en ai pas beaucoup parlé pour l’instant. J’ai conseillé Qivivo à mon beau-frère à qui on a vendu une chaudière sans thermostat et je ne pensais pas que c’était encore possible. Il habite dans une région où il fait très froid et il était censé avoir la Rolls de la chaudière. Du coup, je lui ai parlé de ce projet de thermostat intelligent. Intelligent pourquoi ? Parce qu’il va apprendre le comportement thermique de ta maison.

Qivivo est une idée est simple et efficace : regarder la température, les pentes de refroidissement et agir en fonction du mode de vie de chacun. Ne serait-ce que ça : programmer l’heure de déclenchement de la chaudière en fonction de la météo et en tenant compte de la réponse thermique de la maison, ça c’est génial. Parce que actuellement, on doit bidouiller avec de la domotique qui coûte un bras.

Où voyez vous Qivivo dans un an ?

Je suis plutôt optimiste. Qivivo semble avoir mis toutes les chances de son côté. Je suis impressionné par le sérieux, le professionnalisme. Il y aura forcément quelques galères car la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Tester le projet auprès de 70 foyers c’est bien. Ils vont sans doute dire à leurs proches : « Moi par exemple, ça ne m’a rien coûté, ça m’a même rapporté de l’argent en faisant des économies d’énergie. » Avec ces arguments-là, forcément moi, j’achète. L’idée elle est simple et elle est bonne. Alors, y a pas de raison que ça ne marche pas.

Faire des économies en luttant contre le réchauffement climatique, voilà ce que propose Qivivo. Et ça, Alexandre l’a bien compris. Rendez vous dans quelques semaines pour voir si son beau-frère a la même vision de cette aventure éco-responsable.

 

Laisser un commentaire