Skip to main content
Usine nucléaire

Nucléaire, énergie de l’avenir qui appartient au passé

Il y a quelques jours nous avons regardé « Le monde d’après » sur France 5. Franz-Olivier GIESBERT s’est entouré d’économistes, ingénieurs ou encore historiens pour débattre sur un sujet qui se prête bien au nom de l’émission : le nucléaire. On en retire donc quelques informations intéressantes!

La ligne directrice de l’émission porte sur une question ambitieuse et peut-être utopiste : peut-on se passer du nucléaire ? Plusieurs thématiques sont alors traitées lors de ces échanges : démantèlement des centrales nucléaires, gaz de schiste, pétrole, diesel et réseaux locaux.

Le cas Fukushima

En début d’émission Anne-Laure BARRAL (journaliste chez France Info) est là pour faire un point sur le cas Fukushima. Depuis l’accident, les rejets du nucléaire n’ont pas cessé. Des études épidémiologiques sont toujours en cours car certains cas de cancers, autre maladies et malformations, ont été avérés. Paradoxalement, nous apprenons que le Japon ne renonce pas au nucléaire. En 1 an, 50 réacteurs avaient pourtant arrêté de fonctionner, mais la balance commerciale du pays étant déficitaire (suite aux exportations), le pays décide de faire volte-face.

Que représente l’énergie nucléaire en France ?

La consommation du nucléaire sur le sol français représente un chiffre de 77,7%. Soit 19 centrales et 58 réacteurs. Deux alternatives peuvent être envisagées: les énergies fossiles, qui sont non-renouvelables et en quantités limitées (gaz, pétrole, charbon), et les énergies propres (parc éolien, solaire, biomasse). Pour Colette LEWINER, directrice énergie chez CapGemini, la solution réside dans le mixte énergétique et électrique afin d’optimiser les coûts. Constat flagrant : 8 millions de Français sont aujourd’hui en pénurie énergétique. La politique française va donc être remise en question lors de ces échanges.

Quelques chiffres

Le prix du gaz a doublé depuis les années 2000, le pétrole a triplé entre 1983 et aujourd’hui et le prix de l’électricité ne cesse d’augmenter depuis 2008. Ces dernières semaines plusieurs médias annoncent qu’une hausse de 30% est à prévoir d’ici 2017. Nos factures vont même doubler d’ici 2050 !

Depuis 1945 la charge des centrales nucléaire représente 170 milliards d’euros. Jusqu’à 2025 les coûts de maintenances sont estimés à 3,7 milliards. 79,4 milliards serait le prix d’un démantèlement. Au total, ce sera 300 milliard d’euros sur 80 ans, soit 4 milliards par an d’investissement pour le nucléaire. En revanche, bonne nouvelle, tout cela nous a fait gagner quelques milliards sur l’industrie pétrolière.

Il faut également prendre conscience qu’un accident dit « normal » comme Fukushima, nous coûterait 117 milliards d’euros, et s’il est grave : 421. Il est estimé à un accident tous les 22 ans, sachant que la France contient 15% du parc des centrales au monde, cela nous laisse imaginer les dégâts.

Un peu d’histoire

Un reportage expose les étapes d’un démantèlement. Il faut savoir que la durée de vie d’une centrale est d’une quarantaine d’années et que le nucléaire est le fer de lance de notre économie. En temps de guerre celui qui dispose de la bombe nucléaire est en position de pouvoir, pour asseoir sa puissance la France en a donc fait l’acquisition . C’est au bord de la Loire que la première centrale voit le jour. Depuis, les besoins en énergie doublent tous les 10 ans. Certains pays pensent aujourd’hui quitter le nucléaire : le Japon (30 ans), et l’Allemagne (10 ans). Pour la France, l’arrêt de la plus vieille centrale est annoncée pour 2016.

Les énergies renouvelables

Ce modèle là est fait pour durer. Il faut l’étudier, le comprendre et le cultiver. Le développement durable, c’est par exemple 380000 emplois en Allemagne (le système Allemand sera souvent comparé). Beaucoup de technologies sont pensées, comme les smart Grid. Gérer les réseaux électriques et les optimiser pour diminuer l’hégémonie du nucléaire est le but de ces techniques. Il s’agirait de faire fusionner les énergies internet et les énergies renouvelables. Un réseau intelligent, à l’aide de l’outil informatique, servira à produite et à réinjecter sur un réseau local l’énergie produite et non consommée de chacun. Interconnecter les maisons entre elles serait l’idée. Ce genre de modèle a fait faire 10% d’économie d’énergie aux Etats-Unis soit 80 milliards de dollars par an.

L’avenir

Comme beaucoup de débats, beaucoup d’interrogations, inquiétudes, discours noirs et prédictions. Mais Les deux camps se sont mis d’accord sur une chose : mutualiser les énergies.

Une centrale nucléaire représente 5000 éoliennes en énergie. Cela représente également 3000 kilomètres carré de panneaux photovoltaïque… Ce n’est donc pas possible de vivre uniquement, pour le moment, avec du renouvelable. De plus, depuis quelques années est constaté une baisse des ventes pour les panneaux solaires, les français sont de plus en plus méfiants face à une éthique qui se transforme parfois en business. En revanche, les petits efforts de tous seront forcément porteur dans les années à venir.

L’émission

Amory LOVINS, auteur du titre de cet article, a-t-il raison lorsqu’il dit « Le nucléaire est une énergie de l’avenir qui appartient au passé » ? L’avenir seul le dira ! Nous vous invitons à regarder cette émission très enrichissante via ce lien : Le monde d’après.

Laisser un commentaire