Skip to main content

Notre position sur le rachat de Nest par Google, un pas certain vers l’autonomie énergétique

Par  le  rachat  de  Nest,  Google  met  le  pied  dans  la  3ème  révolution  industrielle  :  l’autonomie  énergétique localisée. Cet investissement de 3.2 milliards de dollars traduit une volonté de diversification de Google sur un secteur porteur : le marché de l’énergie. Usage, data, autosuffisance énergétique sont les clefs de lecture que nous retenons de cette actualité.

Google parie sur les usages

Contrairement à ce que prévoyaient de nombreux analystes, ce n’est pas Apple mais Google qui a mis la main sur Nest. Et il a été jusqu’à valoriser 3 000$ par client selon plusieurs analystes américains. De notre point de vue, ceci n’est pas étonnant car au-delà de simples objets connectés, c’est avant tout les technologies apprenantes avec ses algorithmes qui intéressent Google.

Cette actualité nous conforte donc dans notre conviction : plus que l’objet lui-même, l’avenir est dans l’intelligence et le service rendu aux utilisateurs.

L’arrivée des big datas énergétiques…

Nos technologies ou celles de Nest utilisent l’apprentissage automatique et intelligent. Basées sur les données météo, l’usage des occupants d’un foyer ou encore les caractéristiques intrinsèques d’un bâtiment, ces capteurs de vie accroissent le confort tout en minimisant les consommations énergétiques.

…pour permettre la 3ème révolution industrielle.

La troisième révolution industrielle, popularisée par Jérémy Rifkin*, est la vision d’un système autonome qui permettra à chacun d’utiliser dans son périmètre l’énergie créée localement par des énergies renouvelables et d’en revendre le surplus. Chaque foyer sera alors à la fois producteur, et consommateur d’énergie.

Ainsi la connaissance des usages, des consommations et la capacité de production associée, devient complètement envisageable. Se chauffer, se déplacer, s’éclairer sans avoir besoin d’un compteur électrique intelligent (ou pas) ou d’une station essence n’est-ce pas le rêve de chaque individu ? Il s’agit bien là de notre proposition de valeur : utiliser intelligemment l’énergie gratuite qui nous entoure.

Enfin, l’arrivée des véhicules électriques comme la Tesla S qui peut alimenter une maison BBC pendant 5 jours** va également permettre de stocker et déplacer les énergies renouvelables. En transvasant les énergies, le service permet d’atteindre l’autosuffisance énergétique.

La troisième étape pourrait bien être les véhicules électriques. Il n’est d’ailleurs pas anodin que les fondateurs de Google, Larry Page et Sergei Brin, aient investi dans Tesla Motors.

velo-qivivo

*Jérémy Rifkin auteur de “La troisième révolution industrielle”, livre qui développe la thèse d’une troisième révolution industrielle

 **Une maison BBC de 100 m² consomme environ 15 kWh par jour. Une voiture Tesla S a une capacité de stockage de 85 kWh.  En couplant la production renouvelable  domestique (photovoltaique en toiture) et des collectivités (éolienne,  éolienne offshore) il est ainsi possible  de raisonner en circuit court.